vendredi 13 octobre 2017

Chose entendue... et pas tombée dans l'oreille d'un sourd

"Peut-être parce qu'il a 47 ans et qu'à cet âge-là, on commence à se dire que plus tard c'est maintenant..."

mardi 10 octobre 2017

Where's Edward?

Est-ce que j'ai une tête à manifester contre le plan loup ? Non bien sûr, puisque j'en ai un à la maison ! C'est pourquoi vous ne m'avez pas vu hier Place Bellecour...

lundi 9 octobre 2017

Festival des courges

C'est de nouveau le Festival des courges au Parc de la Tête d'Or.
Enfin une fête à laquelle je suis bien content de ne pas avoir été invité.

vendredi 29 septembre 2017

Sortie de route

Elle a consacré dix ans de bons et loyaux services à son employeur.
Dix ans, dont neuf d'évaluations annuelles plus qu'honorables : excellentes.
Puis, Elle a changé de hiérarchique et sa dernière évaluation annuelle a été mauvaise.
L'entreprise vient donc de la remercier.
Elle a demandé comment une seule mauvaise évaluation pouvait effacer neuf années sans histoire.
On lui a répondu qu'Elle avait manqué le "virage du digital".
Puis, comme la bêtise ne suffisait pas, On y a ajouté le cynisme et le mépris en lui demandant de rédiger sa demande de rupture conventionnelle.
A mon avis, la sortie de route n'est pas du côté que l'On croit.

jeudi 28 septembre 2017

Monsieur l'organisation

Bonjour,
Quand tu auras organisé quelque chose tu pourras comprendre. Les personnes comme toi sont souvent que des consommateurs qui pensent que tout leur ai du. Tu as besoin de mûrir un peu.
Tu vas recevoir 40€. 

---
L'organisation
C'est la réponse que le loup a reçue après avoir manifesté son incompréhension devant le refus des organisateurs du triathlon d'Aix les Bains de rembourser les 80 € de son inscription.
Huit jours avant l'épreuve, il s'était pris une splendide gamelle au triathlon de Mâcon dont il était revenu avec des plaies, une entorse de l'épaule, deux vertèbres déplacées... Il faut préciser qu'à Mâcon, les organisateurs avaient eu la brillante idée de tracer le circuit à vélo dans une zone industrielle sillonnée de rails de chemins de fer. Le loup est donc tombé le premier, car il faisait son malin et la course en tête, mais pas le dernier. Un triathlon avec une épreuve supplémentaire en quelque sorte : le jeu de quilles.
Le soir même, après avoir refait ses pansements, il avait envoyé sa demande -motivée- de remboursement pour l'épreuve d'Aix. Une première réponse aussi laconique que négative l'avait fait s'étonner poliment et la seconde est ce que vous venez de lire.
Passons sur l'orthographe indigente de monsieur (ou madame, après tout, la connerie n'est pas un apanage masculin) l'organisation : vous me reprocheriez de chipoter pour des peccadilles.
Au-delà, notez quand même l'absence de signature, qui dénote le courage de l'individu.
A moins qu'il ne s'agisse de son pseudo de super héros. Peut-être s'appelle-t-il en réalité François Martin mais préfère-t-il "l'organisation" comme Tony Stark préfère "Iron Man" ?
(Triathlon... Iron Man... j'espère que vous goûtez la subtilité de mon propos.)
Remarquez, il n'a pas tort d'envoyer ses insultes comme ça, à distance et en tout anonymat. Je pense que s'il avait dit cela au loup en "bugne à bugne" (comme dit un de mes amis lyonnais), il n'aurait plus jamais eu à se brosser les dents.
Les occasions de s'amuser étant rares, le loup a préféré lui répondre gentiment qu'il avait trente-huit ans, deux jeunes entreprises et qu'à ce titre il était prêt à lui expliquer que l'argent ne poussait pas sur les arbres, comme savent bien ceux ont à payer le salaire de leurs employés à la fin de chaque mois. Il a conclu en indiquant qu'il attendait ses 40 €.

mardi 26 septembre 2017

Sachons rester positifs

Maman mouton m'expliquait hier au téléphone, mi-consternée, mi-rigolarde qu'elle découvrait les unes après les autres les églises des alentours de sa ville d'élection au fil -plutôt sombre- des enterrements de ses connaissances. "Je vais bientôt toutes les connaître", me dit-elle.
Je lui ai répondu que cela allait lui permettre de choisir la sienne.

lundi 18 septembre 2017

Je suis fort, je suis beau : je suis le premier !

Vous avez lu mon histoire de fond du plateau ?
Et bien sachez que comme j'ai été le premier, mais pas le seul, à bêler d'indignation auprès de Kidedroit, cette aberrante campagne de communication a été stoppée. C'est Kidedroit lui-même qui me l'a confirmé ce matin, comme je le croisais dans un couloir.
C'est le loup qui a raison après tout : je suis un "winner", comme chacun d'entre nous : j'ai commencé ma vie par gagner ma toute première course...
Dommage que je n'en aie pas pris conscience plus tôt, j'aurais sûrement eu de meilleures notes en sport quand j'étais petit.